Maroc-Centrafrique : Ridicule…

Écrit par Abderrahman Ichi 
Pas de mots assez forts pour qualifier la piètre prestation des Lions de l’Atlas face à la Centrafrique : «lamentable», «pathétique», «indigne». C’est la bérézina.

Normalement, quand on touche le fond, on remonte. Mais avec les Lions de l’Atlas, on s’enfonce encore. Au rythme où ils vont, ils risquent de trouver de l’or et même de percer la croûte terrestre de l’autre côté du globe. Samedi, à la surprise générale, ils ont fait match nul face à la Centrafrique, classé à la 202e place au classement FIFA.

Comble du comble : l’équipe nationale n’a aucun fond de jeu. Les joueurs couraient dans tous les sens incapables de trouver des solutions pour déverrouiller la défense de l’équipe adverse.

Ce que nous avons vu lors de ce match est le prolongement du feuilleton médiocre offert aux Marocains lors des éliminatoires combinés de la coupe du monde sud-africaine et la CAN 2010. Les joueurs de Dominique Cuperly n’auront pas apporté sur le terrain les réponses qu’ils nous avaient promises lors de la conférence de presse tenue mercredi 1er septembre.

Alors qu’ils avaient tenté de proposer un ensemble plus cohérent en début de match, les Lions sont retombés dans leurs travers. Les joueurs centrafricains très concentrés se débarrassaient moins rapidement du ballon et surtout en quadrillaient bien mieux le rectangle vert. Résultat, les Lions de l’Atlas tombaient dans un faux rythme et se précipitaient en phase offensive.

Dans l’ensemble, les joueurs sont apparus clairement un ton en dessous physiquement et sans imagination. Certains joueurs cherchaient à se débarrasser du ballon le plus vite possible. D’autres se sont rendus coupables d’erreurs individuelles.

La Centrafrique aurait pu inscrire le but victorieux à trois reprises (9e, 13e et 45e), mais heureusement que Nadir Lamyaghri a sorti le grand jeu. Incapables de trouver les solutions, les coéquipiers de Marouane Chamakh ont opté pour de longues passes interceptées facilement par le gardien Geofrey Lembert ou éloignées par la défense sans difficulté.

Au retour des vestiaires, les Lions de l’Atlas reprenaient les choses en main. Sans pour autant appuyer véritablement sur le champignon et mettre de la vitesse dans leur jeu. L’équipe nationale dominait son sujet mais n’était pas particulièrement dangereuse. Youssef El Arabi qui a remplacé Mounir El Hamdaoui a failli surprendre le gardien Geofrey Lembert, mais ce dernier a repoussé le ballon de ses pieds.

M’Barek Boussoufa qui a longtemps essayé de porter le danger dans le gardien adverse a eu le but de victoire au bout des pieds à la 92e minute, mais son tir passe au-dessus. Ce qu’on redoutait est arrivé. Débuter les éliminatoires de la CAN-2012 avec un match nul (0-0) face au petit poucet du groupe est très inquiétant.

Ce film médiocre n’a que trop duré. Et plusieurs interrogations restent toujours en suspens. Gerets et son adjoint Cuperly ont un long chemin à parcourir avant de remettre cette équipe sur pied.