KACM–RCA 0-0 Le KAWKAB rate le Break

Le Kawkab a concédé un nouveau match nul à domicile face aux bidaouis du RCA (0-0) en cette 26e journée de la botola. Les rouges manquent une belle opération et une victoire historique qui aurait pu mettre fin aux rêves bidaouis dans la course au titre, mais restent solide deuxième.
Tenu en échec (0-0) par le RCA sur la pelouse du Marrakech Stadium dimanche après midi, les Kawkabis conservent malgré tout la deuxième place à cinq points du leader le MAT, deux points au-dessus de l’adversaire du jour qui pensait avoir l’occasion de s’installer en deuxième position du tableau en venant chercher la victoire à Marrakech. Seulement, on a faillit voir l’arroseur arrosé. C’est bien le rajaoui Salhi qui a ouvert les hostilités dès la 5e minute en testant le portier Kawkabi du côté droit d’une frappe enroulée à ras-de-terre dans les gans de Lamhamedi. Mais le sursaut des locaux ne s’est pas fait attendre. Sur un coup de coin transformé par Alloudi, à la réception l’attaquant Kawkabi Ayyati d’une tête puissante aurait pu tromper Laskri sans la vigilance du portier bidaoui (18e). Omniprésent lors de la première demi-heure, l’attaquant du RCA Salhi a frôlé l’ouverture du score d’une tête sur un centre de Hachimi du côté droit, repoussée par la transversale (26e). La possession de balle était bien pour les visiteurs lors de cette première demi-heure et la blessure de Alloudi obligé de céder sa place à Zitouni, vient s’ajouter au désordre de l’attaque Kawkabi. Trois minutes plus tard c’est au tour de Mabidé de tenter sa chance en passant entre la charnière centrale Nelson-Oumansour mais le ballon passait largement au-dessus du but et puis c’est tout.
De retour des vestiaires, Le Kawkab rentrait mieux dans le match alors que les visiteurs commettaient des imprécisions mais restaient dangereux sans jamais inquiéter le jeune portier Kawkabi. Dmiaï a sans doute réussi à faire passer son discours lors du temps de pause.
Ainsi le latéral Jbira libre de tout marquage opérait un double rôle défense- attaque. De même pour Zoubairi sur son flanc droit qui n’a jamais laissé Karouchi dépassé le milieu de terrain ainsi que le jeune prodige Bahja qui a remis en question la nouvelle charnière centrale mis en place par le coach Tunisien Benzerti, largement perméable. Le RCA a dominé par la suite mais pas outrageusement. Le KACM, est resté au contact des coéquipiers de Metoualli transparent avec une prestation très pauvre en intensité. Les Rouges ont poussé par l’intermédiaire de Y. Ayyati et les vingt dernières minutes étaient difficiles physiquement pour les bidaouis. A la 73e le latéral Jbira déborde du côté gauche échappe à toute la garde verte et se trouve face au gardien Laskri, passe en retrait, une balle qui n’a pas trouvé preneur du côté local. La défense bidaoui a montré ses limites malgré la sortie de Bahja puisque à chaque contre Kawkabi on assiste à une panique de l’effectif bidaoui qui ne dépasse plus le milieu de terrain craignant la vague rouge. Justement, on a faillit concrétiser cette crainte quand, Jbira toujours lui, a réussit le coup de « Sombréro » sur Hachimi, dépasse toute la défense puis centre, amorti de la poitrine de Ayyati vers Sabani qui venait d’entrer et reprise de volley de celui-ci qui trempe le portier bidaoui mais le poteau droit remet le cuir dans la niche de laskri (88e). C’était la balle du match pour le KACM et qui aurait pu faire le break et mettre peut être un terme aux pronostics des médias et des supporters bidaouis qui ont toujours cru et croient encore au titre en pensant à la réduction de l’écart avec le MAT sans jamais regarder les intermédiaires. La fin de match était houleuse pour les bidaouis qui se sont pris à l’arbitre de la rencontre y compris leur staff, refusant le point pris alors que la bande à Dmiaï aurait pu l’emporter sans forcer. Finalement le club de la capitale Ocre s’est surtout rassuré sur son niveau de jeu malgré le nul concédé et s’imposer comme le seul outsider du leader.