WAC 4 – KACM 0: La gifle Afro-bidaoui

Et si le scénario de la saison précédente se répète ? Juste pour rappeler que le MAT a pris 5 buts contre le RCA à Casa et a fini par remporter le titre en privant son bourreau du sacré. Cette fois c’est un autre club bidaoui qui fait exploser son concurrent direct le Kawkab (4-0). Si la victoire des locaux semble logique, le score lui est exagéré et ne reflète pas une domination totale des hommes de Tochak. Les trois recrues Africains à l’attaque étaient sans doute derrière ce succès bidaoui, trois hommes qui ont toujours su faire la différence face Kawkabis et n’ont jamais refusé les cadeaux des défenseurs du KACM.
Le WAC semble pour les uns reprendre son rythme de croisière en botola cinq jours après une grosse défaite à Rabat face au FUS. Pour d’autres, les bidaouis ont atomisé leurs visiteurs par l’apport de ses Africains qui ont su faire la différence suite à la fébrilité de la défense ce jour là et un couloir droit sans garde spécifique du poste.
Le suspense n’a pas duré bien longtemps au stade Med V. Une grosse demi-heure tout au plus, le temps pour Jefferson de rater son tir croisé et une frappe au dessus de la cage de Akid pour que Ivona mette son équipe sur orbite avec sa première réalisation (23e) quand il dévie le cuir dans la cage de Lamhamdi suite à la pénétration de Karti de ce côté droit fébrile et la position du Gabonais derrière Sekkat pose des questions sur la validité du but.
Si la première période s’est achevé sur le petit score de 1 but à zéro, la sortie Zitouni en seconde période et l’ouverture du jeu de la part du coach Kawkabi ont permis à l’adversaire de se libérer plus. Jamais gênés par le pressing et sans conviction des joueurs de Dmiaï, les bidaouis ont imposé leur tempo de sénateurs en seconde période et ont alourdi le score à chacune de leurs accélérations.
Yvona, Fabrice et Koné se font des politesses
Yvona a transformé un penalty un peu litigieux mais il a marqué deux autres buts. Tout en décontraction, Fabrice a confirmé son retour en forme sur un service parfait alors que Koné s’est illustré d’une combativité exemplaire. La performance du trio Africain au sein de l’effectif du WAC explique bien la large victoire des bidaouis sans manière, ce qui remet en question le football national et le talent du joueur local…..